Lexique : mots, définitions et vocabulaire de la comptabilité

Qu'y a-t-il de plus frustrant que d'échanger avec un collaborateur et de ne pas comprendre l'ensemble des termes utilisés ? Même si la vulgarisation du jargon comptable fait partie de notre métier d'expert-comptable, parfois, pour exprimer une idée ou une notion bien spécifique, il n'y a pas d'autre choix que d'appeler un chat "un chat". Dans ce cas, et pour éviter les confusions et les divergences d'interprétation, nous vous proposons ce glossaire de la comptabilité. L'essentiel des définitions à connaître pour vous assurer de parler le même langage que votre expert-comptable.

A | B | C | D | G | I |L | P | S | T

A

Actif

En comptabilité, le terme d'actif désigne un élément appartenant à l'entreprise et représentant une entrée de ressources. Pouvant être immobilisé (immobilisations, amortissements…) ou circulant (stocks, créances clients, fiscales et sociales, personnel…) un actif a toujours une valeur économique positive. Dans le bilan comptable, l'actif fait face au passif.

Amortissement

L'amortissement désigne la répartition du coût d'acquisition d'un actif sur la période au cours de laquelle il sera utilisé. On amortit les actifs destinés à rester durablement dans l'entreprise et qui se déprécient par l'usure ou le temps : matériel, mobilier, machines-outils, logiciels, brevets… Comptablement parlant, une partie de la valeur du bien concerné est déduite, chaque année, du résultat comptable. Par exemple 1/5ème de la valeur d'achat d'un véhicule dont la durée d'utilisation est estimée à 5 ans.

Annexe

Avec le bilan et le compte de résultat, l'annexe est l'un des trois documents formant les comptes annuels. Elle réunit toutes les informations permettant d’expliquer, de compléter ou de commenter les informations contenues dans le bilan et le compte de résultat.

Elle se compose

  • D'informations obligatoires, fournissant des informations sur les éléments qui n’ont pas pu être précisés dans les deux documents précités. Par exemple : les faits caractéristiques de l’exercice, les règles et méthodes comptables utilisées par l’entreprise, le tableau des créances et des dettes avec les échéances, le tableau des entreprises liées, les produits et les charges…
  • Et d'informations significatives ayant un impact sur la compréhension de l’annexe. Il s’agit par exemple de la mention des titres financiers qui composent le capital social ou encore de la répartition du chiffre d’affaires par secteur d’activité.

Les entreprises qui doivent fournir une annexe sont celles soumises au régime réel normal et réel simplifié.

B

Bénéfice

Le bénéfice est le résultat positif du compte de résultat, qui se calcule en soustrayant les charges des produits de l'entreprise. Un résultat positif révèle que l'entreprise génère plus de produits que de charges, signe de sa capacité à générer des liquidités.

Bilan comptable

Avec le compte de résultat et l'annexe, le bilan est l'un des trois documents formant les comptes annuels. Il liste, sous forme de tableau à deux colonnes, d'une part ce que l'entreprise possède, l'actif et, d'autre part, ce que l'entreprise doit, le passif. Photographie de l'entreprise à un instant "T", il permet d'en évaluer le patrimoine et la création de valeur d’une année sur l’autre.

C

Clôture comptable

La clôture comptable correspond au moment où s'arrête l'enregistrement des écritures comptables et où commence le rassemblement des pièces en vue de l'édition des comptes annuels. La date de fin d'exercice comptable est libre (sauf pour les professionnels libéraux qui ont obligation de clôturer au 31 décembre). La seule contrainte est que l'exercice doit durer 12 mois. Par convention, la date de clôture choisie par les entreprises est souvent le 31 décembre, fin d'année civile, ou le dernier jour du trimestre (31 mars, 30 juin ou 30 septembre).

Comptabilité générale

Système d'organisation de l'ensemble des flux financiers d'une entreprise, la comptabilité est un langage normé par le PCG (plan comptable général) et utilisé par les entreprises privées, du secteur public ou associations. La comptabilité est dite de trésorerie lorsqu'elle enregistre les flux financiers payés ou encaissés ; et dite d'engagement lorsqu'elle répertorie les événements, dettes et créances, dès leur émission ou leur acquisition.

Comptabilité analytique

Reprenant les éléments de la comptabilité générale, la comptabilité analytique (aussi appelée comptabilité de gestion) permet d'identifier, d'analyser et de valoriser les éléments constitutifs du résultat de l'entreprise. Puissant outil de pilotage et d'aide à la prise de décisions stratégiques, elle permet notamment de connaitre et de suivre précisément quels sont ses coûts par activité, par chantier ou par type de produits manufacturé. Ses outils principaux : les soldes intermédiaires de gestion (SIG) et les tableaux de bord.

Comptabilité de trésorerie

La comptabilité de trésorerie est une méthode de tenue de comptabilité consistant à enregistrer les recettes et les dépenses réellement encaissées ou payées. Les micro-entrepreneurs, les professionnels libéraux relavant du régime de la déclaration contrôlée ou les entreprises relevant du régime réel simplifié peuvent tenir une comptabilité de trésorerie, avec enregistrement des dettes (ce que l'entreprise doit mais qui n'est pas encore payé) et des créances (éléments restant à percevoir) à la clôture de l'exercice.

Comptabilité d'engagement

Méthode de tenue de comptabilité consistant à enregistrer les dettes et les créances de l'entreprise, c'est-à-dire l'ensemble des engagements donnés ou reçus par l'entreprise. Les événements sont alors enregistrés en deux fois. D'abord, au moment de leur survenue, puis au moment de leur paiement. Les entreprises relevant du régime réel normal, du régime réel simplifié, ainsi que les professions libérales sur option, utilisent cette méthode de comptabilité.

Comptes annuels

Les comptes annuels se composent de trois éléments : le bilan, le compte de résultat et l'annexe. Constitués à partir des enregistrements comptables et des inventaires, les comptes annuels se déposent obligatoirement, chaque année, dans un délai de 6 mois après la clôture de l'exercice comptable.

Compte de résultat

Avec le bilan et l'annexe, le compte de résultat est l'un des trois documents constituant les comptes annuels. Il permet de faire état de la situation financière de l'entreprise sur le dernier exercice comptable écoulé et d'appréhender la tendance à l'enrichissement ou l'appauvrissement de cette dernière.

Résultat net = Produits – Charges

Le résultat est soit un bénéfice (lorsque les produits sont supérieurs aux charges), soit un déficit (lorsque les charges sont supérieures aux produits).

D

Déficit

Le déficit est le résultat négatif du compte de résultat. Lorsque les Charges sont supérieures aux Produits, on parle de déficit ou de perte, signe de l'appauvrissement de l'entreprise sur le dernier exercice comptable écoulé.

G

Grand livre

Le grand livre est un livre comptable enregistrant les mouvements inscrits au livre journal mais dans un ordre différent. Là où le livre journal enregistre chronologiquement les mouvements, le grand livre les enregistre selon les règles de classement du plan comptable, par compte et chronologiquement.

I

Immobilisations

Les immobilisations désignent les actifs qui sont utilisés par l'entreprise sur plus d'un exercice comptable et qui perdent de leur valeur, au fil du temps. Les immobilisations peuvent être corporelles (matériel informatique, machines, constructions…), incorporelles (marques, logiciels, fonds de commerce…) ou financières (cautions, titres de participation…) et font l'objet d'un amortissement lors de l'élaboration du bilan comptable de l'entreprise.

Imposition

Les entreprises peuvent être soumises à deux types d'imposition, fonction de leur statut juridique :

  • L'impôt sur le revenu (IR) : dans ce cas, l'entrepreneur est imposé personnellement sur les bénéfices de la société (ou sur les recettes pour les micro-entreprises). L'entreprise n'est soumise à aucune imposition.
  • L'impôt sur les sociétés (IS) : payé directement par l'entreprise, cet impôt est calculé sur la base de ses bénéfices. L'entrepreneur, quant à lui, n'est soumis qu'au paiement de l'IR sur la base des salaires, rémunérations et autres dividendes perçus.

Inventaire

En comptabilité, l'inventaire des stocks et l'inventaire des immobilisations a pour but de dresser la liste exhaustive, en volume et en valeur, de ce que l'entreprise possède (à l'actif et au passif), en vue de l'élaboration de ses comptes annuels. Pour ce faire, l'entreprise doit enregistrer, en temps réel, les mouvements d'entrée et de sortie du stock et/ou réaliser un inventaire physique au moins une fois par an.

L

Liasse fiscale

La liasse fiscale est un ensemble de documents fiscaux qui permettent à l'administration fiscale de connaître votre base d'imposition. Établie annuellement en fin d'exercice et mettant en évidence la situation comptable et les justificatifs du résultat imposable, elle est obligatoire et doit être adressée à l'administration fiscale. Elle se compose de la ou des déclarations fiscales (formulaire 2031, 2035, 2044, 2065, 2072 ou 2139) et de leurs annexes. Le nombre et la complexité des liasses fiscales à remettre dépend du régime fiscal et du régime d'imposition desquels relève l'entreprise.

Livre journal

Le livre journal est un livre comptable qui enregistre, de façon chronologique, l'ensemble des mouvements qui affectent le patrimoine de l'entreprise. Obligations :

  • Enregistrement quotidien
  • Chaque mouvement est enregistré distinctement
  • Chaque mouvement doit pouvoir être relié à une pièce justificative

P

Passif

En comptabilité, le passif représente la partie du patrimoine de l'entreprise constitué de ses capitaux propres et de ses dettes financières, fournisseurs, fiscales et sociales. Respectivement, le passif immobilisé et le passif circulant. Ayant une valeur économique négative, ils représentent une sortie de ressources pour l'entreprise. À l'opposé du passif, on retrouve l'actif. Lorsque le passif est supérieur à l'actif, l'entreprise se trouve en situation de cessation de paiement.

Plan comptable général

Le plan comptable général (PCG) est le document de référence de standardisation de la comptabilité des entreprises françaises. Homologué par le ministre du budget, il édicte les règles de présentation et d'organisation des comptes, suivant une nomenclature normée et détaillée. Le PCG compte huit classes (capitaux, immobilisations, stocks, comptes de tiers, financiers, charges, produits et comptes spéciaux), elles-mêmes séparées en comptes afin d'en détailler les écritures. Les associations sont soumises au respect d'un plan comptable spécifique appelé plan comptable associatif.

S

Soldes intermédiaires de gestion - SIG

Les soldes intermédiaires de gestion sont un outil d'analyse des résultats financiers d'une entreprise. Utilisés pour connaitre sa performance et pouvoir la comparer à d'autres entreprises, ils mettent en évidence la marge commerciale, la valeur ajoutée, l'excédent brut d'exploitation, le résultat d’exploitation, le résultat courant avant impôts, le résultat financier, le résultat exceptionnel et le résultat net. Outils de comptabilité analytique, ils sont utilisés afin d'identifier les éléments qui ont contribué à la formation du résultat (bénéfice/déficit).

T

Tableaux de bord

Alliés des entrepreneurs et des experts-comptables, les tableaux de bords sont une aide précieuse au pilotage à long, moyen et court terme des entreprises. Pouvant être stratégiques, opérationnels ou budgétaires, ils permettent le suivi de l'activité en temps réel, via des indicateurs. La détection rapide des écarts entre prévisionnel et réalité permet au chef d'entreprise d'être réactif dans la mise en place des actions correctives nécessaires.